“La multitude accourut et fut bouleversée, parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue” Ac 2. 6

Voilà dix jours que Jésus a quitté Ses disciples après leur avoir dit d’attendre la venue du Saint-Esprit, le “remplaçant” promis par le Père pour les guider et les remplir de la puissance d’en haut.

Tout à coup le bruit d’un ouragan qui approche envahit l’endroit où se trouvent 120 d’entre eux, attirant l’attention d’une multitude de passants. Puis des langues de feu descendent sur les disciples.

La puissance de l’Esprit du Père vient d’entrer en eux et se manifeste par un miracle jamais répété : chacun des disciples présents se met à témoigner de ce qu’il a appris aux côtés de Jésus, mais dans une langue différente.

Les passants, probablement des juifs nés et éduqués dans des provinces lointaines de l’empire Romain, et parlant des dialectes étrangers, sont bouleversés, car ils comprennent parfaitement ce que les disciples sont en train de leur dire.

Pentecôte, c’est le jour où le Père a recréé l’unité de langue qui existait avant Babel.

Là où les hommes avaient récolté la confusion, l’Esprit de Dieu rétablit l’unité qui prévaudra jusque dans l’Eternité où des gens “de toutes nations et de toute langue” s’uniront pour adorer Dieu (Ap 5. 9).

Earl C. Davis a dit : “En Jésus, nous avons une seule langue, celle de l’amour, de la grâce et du pardon, langue que nous parle l’Esprit d’une manière que chacun d’entre nous comprend.”

Mais ce rêve d’unité retrouvée demeure utopique dans l’esprit des hommes sans Dieu.

Voltaire écrivait à l’impératrice Catherine, citant une dame de la cour de Versaille “C’est bien dommage que l’aventure de la Tour de Babel ait produit la confusion des langues, sans cela tout le monde aurait toujours parlé français” (Lettre du 26 mai 1767) !

Sérieusement, le prophète Sophonie avait annoncé cet événement en ces termes. :

“En ce jour Je renverserai le cours des choses : Je leur donnerai un nouveau language, pur et transparent, des mots qui leur permettront d’invoquer tous ensemble le nom du Seigneur et de Le servir d’un même élan” (So 3. 9 The message, paraphrase).

Réjouissons-nous tous : grâce à la puissance de l’Esprit du Père, nous pouvons aimer jusqu’à nos ennemis et faire rayonner l’amour du Divin autour de nous !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *