“Le Seigneur lui dit : Lève-toi, va dans la rue appelée la droite, et cherche, un nommé Saul de Tarse.” Ac 9. 11

Dieu le Père vous a-t-Il demandé d’accomplir une tâche que vous préfèreriez éviter, une tâche qui vous répugne peut-être ou vous fait peur ?

Avez-vous envie de fuir comme Jonas le plus loin possible de Dieu ?

Vous comprendrez alors ce qu’a dû ressentir Ananias, un disciple fidèle domicilié à Damas, quand Dieu lui a demandé d’aller trouver Saul, cet “inquisiteur” féroce, avide de détruire la foi chrétienne en arrêtant et condamnant les fidèles qui tombaient entre ses griffes.

Imaginez sa conversation avec Dieu : “Pourquoi moi ? Pourquoi cet homme n’est il pas allé ailleurs plutôt que venir ici ?

Est-ce raisonnable de me confier une tâche aussi ingrate et surtout dangereuse ?”

Ananias mourait simplement de peur, à juste titre. Saul était le mal personnifié aux yeux des disciples de Christ, et possédait le pouvoir de les persécuter sans merci.

Pourtant Ananias obéit à Dieu et ne s’enfuit pas comme Jonas loin de la tâche exigée. Pourquoi ?

Parce qu’il craignait Dieu davantage que les hommes (Mt 10. 28).

Paul Tripp a écrit :

“Je suis sûr que seule la peur peut conquérir la peur… Seule la crainte profonde de Dieu peut dominer la crainte superficielle des hommes ou des circonstances.”

Tout simplement Ananias craignait Dieu plus que les persécutions de Saul.

Peut-être tremblait-il à chaque pas qui le rapprochait de la maison où gisait Saul.

Peut-être pria-t-il avec nervosité tout le long du chemin, en implorant la protection divine, peut-être accepta-t-il l’idée qu’il allait mourir lui aussi en martyr pour son Seigneur, toujours est-il qu’il alla rencontrer Saul.

Craignez-vous Dieu davantage que les hommes ?

Ou, pour poser la question autrement, préférez-vous plaire à votre Seigneur plutôt qu’aux autres ?

Confronté à un choix aussi difficile, agirez-vous comme Ananias ?

“Celui qui a peur des autres est pris dans un piège. Celui qui met sa confiance dans le Seigneur est en sécurité.” Pr 29. 25

La description de la tâche confiée à Ananias paraissait à première vue la pire qui soit pour un fidèle disciple.

Mais elle s’avéra être la meilleure opportunité possible pour la propagation de l’Evangile.

Ananias parla à Saul et lui imposa les mains. Pas de quoi transporter une montagne !

L’homme aveugle et troublé qu’il rencontra ne ressemblait pas à l’image de l’homme qu’il craignait tant.

Il vit un homme qui inspirait surtout la pitié, à qui il devait démontrer l’amour de Jésus.

Par la grâce de Dieu, la visite d’un disciple timoré, mais obéissant, bouleversa à jamais la vie de Saul.

Devenu Paul, il passa le reste de sa vie à bâtir cette Eglise qu’il avait voulu détruire auparavant.

Lui qui détestait les paroles de Jésus devint l’un des plus ardents défenseurs de la Parole du Seigneur.

L’histoire d’Ananias est un exemple impressionnant de ce que Dieu le Père peut accomplir en s’appuyant sur l’obéissance d’un disciple effrayé, mais confiant.

Notre Père n’a pas besoin que vous soyez fort, puisqu’Il est tout-puissant. Il ne vous demande pas d’être un héros, ni d’élaborer des plans spectaculaires.

Ses plans suffisent. S’il choisit des disciples timides comme Gédéon ou Ananias pour les lancer dans la bataille, c’est afin de déployer la puissance et la gloire qui Lui appartiennent.

Le Père a besoin de gens ordinaires pour accomplir des choses extraordinaires, de gens qui tremblent de peur, mais qui vont néanmoins de l’avant pour affronter l’ennemi, de gens qui sont prêts à mettre leur foi en action en croyant Ses promesses.

Faites-vous partie de ces gens ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *