“Les fous n’écoutent qu’eux-mêmes et agissent comme bon leur semble. Les gens sensés écoutent les bons conseils” Pr 12. 15

Au confluent de plusieurs rivières de Pennsylvanie avait été construit un barrage de terre à la fois pour contrôler leurs flots en cas de fortes pluies et pour créer un lac de loisirs pour un prestigieux club de pêche et de chasse.

Le barrage était mal entretenu depuis des années ; des experts avaient maintes fois averti les habitants des villages en aval du barrage du danger d’une rupture de celui-ci. Mais chaque fois les gérants du club autant que les habitants des villages se moquèrent de leurs avertissements.

Une petite ville se trouvait à une quinzaine de kilomètres du barrage, mais les habitants s’étaient habitués aux petites inondations qui régulièrement envahissaient leurs rez-de-chaussée. Ils se contentaient de monter au premier étage leurs possessions les plus précieuses et attendaient la décrue le jour suivant.

En ce mois de mai 1889, de fortes pluies s’abattirent sur la région, accroissant la pression des eaux contre le barrage de terre. Quand les officiels du club comprirent que la situation devenait délicate ils dépêchèrent des ouvriers pour consolider le sommet du barrage, sans grand succès.

Puis ils décidèrent d’envoyer des messagers à cheval jusqu’à la ville principale pour demander aux habitants d’évacuer le plus vite possible leurs demeures. Mais ceux-ci pensèrent qu’il s’agissait d’une plaisanterie et qu’au pire ils auraient leurs rez-de-chaussée mouillés comme souvent.

Le barrage céda vers 3h de l’après-midi et une demi-heure plus tard une vague d’eau, de boue et de débris arrachés au flanc de la montagne déboula dans la vallée, emportant tout sur son passage. 2209 personnes périrent noyées ou écrasées dans le torrent dévastateur.

Lorsque Dieu le Père vous avertit de dangers qui vous guettent si vous ne changez pas votre comportement, ne négligez pas Sa voix.

Les conséquences pourraient s’avérer aussi destructrices. Car “L’homme qui, réprimandé, raidit la nuque sera brisé soudain et sans remède !” (Pr 29. 1).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *