, ,

Leçons de Sodome et Gomorrhe (4).

“La femme de Loth regarda en arrière et devint une statue de sel.” Gn 19. 26

Deux anges accompagnèrent Lot, sa femme et leurs deux filles hors de la ville avant de leur dire : “Fuyez pour sauver votre vie. Ne regardez pas derrière vous et ne vous arrêtez nulle part dans toute la plaine!” (Gn 19. 17).

Mais la femme de Lot regarda derrière elle et devint une statue de sel. Une leçon importante se dégage de ce détail : Les Ecritures nous exhortent à de nombreuses reprises à “aller de l’avant”.

Regarder vers le passé nous détourne de notre potentiel de réussite et représente implicitement un manque de foi. Désirer suivre le Seigneur et regarder en arrière sont deux attitudes incompatibles.

Certes, nous sommes parfois tentés, lorsque nous rencontrons des difficultés ou même quelque forme de persécution, de regarder derrière nous pour nous remémorer le “bon vieux temps”.

Or Jésus nous a déclaré sans ambages que Le suivre n’était pas toujours facile, car étroite est la porte et difficile le chemin (Mt 7. 14), et Lui obéir risquait de nous coûter cher (Lc 9. 23-24). N’a-t-Il pas affirmé: “Quiconque met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas bon pour le royaume de Dieu” (Lc 9. 62) ?

Le servir exige toute notre attention. Un disciple dont le coeur est divisé ne pourra produire son meilleur potentiel pour son maître.

Pour instruire Timothée, Paul utilise l’exemple du soldat : “Aucun combattant, dans une armée, ne s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé”, (2 Tm 2. 4).

La femme de Lot choisit de jeter un dernier coup d’oeil sur ce qu’elle abandonnait. Elle aurait probablement justifié son attitude en disant qu’elle avait de la peine pour ceux qui allaient disparaître dans la destruction des deux villes.

C’est pourquoi Jésus a déclaré : “quiconque parmi vous ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut être Mon disciple” (Lc 14. 33). Jésus ne parlait pas que de biens matériels ?

Pas vraiment ! Il explique que cela veut dire aussi : “son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses soeurs et même sa propre vie” (v. 26).

Laissez donc le Saint-Esprit vous montrer ce qui, dans votre ancienne vie, attire encore vos regards et vous empêche d’aller de l’avant. Puis repentez-vous-en si vous ne voulez pas devenir “une statue de sel” !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *