Dieu pardonne-t-Il tous nos péchés ?

Seigneur, si Tu gardes les fautes dans Ta mémoire, qui pourra tenir debout ? ” Ps 130. 3-4

Sigmund Freud a dit un jour : “Il faut pardonner à ses ennemis, mais pas avant de les voir pendus !”

Heureusement que notre Seigneur n’était pas du même avis que Freud! Avec ce genre d’attitude, comment imaginer que Dieu le Père souhaite pardonner nos péchés, tous nos péchés, de quelque noirceur qu’ils soient.

Parce que nous trouvons difficile de pardonner à nos pires ennemis, pourquoi Dieu ne ferait-Il pas de même ?

Néanmoins David a écrit : “En Toi se trouve le pardon…” En d’autres termes, Dieu est la personnification du pardon, autant qu’Il l’est de l’amour.

Dans l’Ancien Testament, explique Dr Sala, trois mots sont utilisés pour décrire les fautes des hommes :

1- Transgression, qui implique l’idée de préméditation. C’est l’acte conscient de rébellion contre Dieu, le refus de rester dans les limites imposées par Lui, comme dans le cas de vol, de meurtre, d’adultère… etc. “le péché est la transgression de la loi” (1 Jn 3. 4).

2- Iniquité, qui implique l’idée de perversion, violation de la loi morale. C’est un acte vain, sans valeur, comme dans le cas d’idolâtrie parce que la confiance dans une idole n’est que vanité (Es 44. 9).

3- Péché, qui veut dire littéralement: rater le but, comme dans le cas d’une flèche qui manque sa cible (Jg 20. 16).

Etrangement, ce mot peut indiquer une erreur innocente, comme dans le cas d’un homme qui arrive à un carrefour, ne sait pas quelle est la bonne route et s’engage dans le mauvais chemin.

David, après son “Bath-Chéba-gate” utilisa les trois mots pour décrire son crime (Ps 50).

David était coupable de meurtre, d’adultère et d’abus d’autorité. D’après la loi, il méritait la mort. Aucun sacrifice ne pouvait l’absoudre.

Néanmoins Dieu notre Père lui pardonna cette faute qu’il avait enfin reconnue. La compassion du Père envers le pécheur est bien plus riche que la nôtre ! N’en êtes-vous pas heureux ?

Jésus revient

Laisser un commentaire