“Je ne t’infligerai aucune des maladies… car c’est Moi le Seigneur qui te guéris.” Ex 15. 26
Trois jours après avoir assisté à la déroute de l’armée égyptienne devant la Mer Rouge, et chanté de tout leur coeur à la gloire de Dieu qui les avait délivrés, les enfants d’Israël se mettent à manquer d’eau.

Soudain une oasis se dessine sous leurs yeux, l’eau n’est plus loin. Cette oasis s’appelle Mara, mais l’eau n’est pas potable. Imaginez la frustration, la colère même des Israélites: pourquoi Dieu les teste-t-Il ainsi ?

Ils ne peuvent cacher leur amertume, au point que l’oasis prend le nom d’eaux amères !

N’avons-nous pas tous un jour vécu ce genre d’expérience ?

Après des moments de victoire et d’adoration vient l’épreuve au cours de laquelle Dieu semble se faire distant. C’est en fait souvent à ce moment-là que le Père se révèle comme Celui qui sauve et qui guérit.

A Mara, Il offre aux Israélites un remède pour rendre l’eau potable, et tout de suite après Il leur déclare qu’Il ne les affligera pas des maladies dont avaient souffert les Egyptiens (v. 26).

Pourquoi Dieu a-t-Il choisi ce moment pour se révéler ainsi à eux pour la première fois comme “le Seigneur qui guérit”?

Serait-ce, suggère Joseph Prince, “parce qu’il voulait montrer à Son peuple que l’une des causes majeures des maladies dont ils pouvaient souffrir était l’amertume et la rancune ?

Ce dernier relate une conversation qu’il eut avec une dame dont la soeur était morte jeune d’un cancer.

“Pasteur, lui dit-elle, ma soeur a souffert d’un divorce particulièrement difficile et n’avait jamais pu se débarrasser d’un sentiment d’immense rancune à l’égard de son partenaire. Croyez-vous qu’il y ait un lien entre son amertume et le cancer qui l’a emportée ?”

Peut-être que le refus de pardonner a un effet sur notre santé.

Mais la bonne nouvelle c’est que le Seigneur est “Celui qui guérit” et qu’il suffit d’abandonner toute amertume à Ses pieds pour connaître la délivrance. N’attendez pas demain pour le faire, si vous vous trouvez dans cette situation!

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *