Articles

“Pose des questions aux oiseaux du ciel, ils t’informeront.” Jb 12. 7

Les oiseaux, comme les autres animaux, suivent leur instinct tandis que les êtres humains jouissent d’une liberté de choix, ce que les philosophes appellent “le libre arbitre”.

Wayne Stiles écrit : “Les oiseaux n’écoutent pas de voix contradictoires susceptibles de les faire dévier de leur chemin. Ils ne sont confrontés à aucun choix moral. Ils n’ont pas d’image de Dieu devant eux. Ils ne font qu’obéir à leur simple instinct.

Mais semblable à l’instinct des oiseaux, notre conscience crie dans nos oreilles quand nous prenons le chemin du nord plutôt que celui du sud !

Malheureusement notre conscience n’est pas infaillible.”

Ne nous leurrons pas: notre capacité à prendre des décisions que nous estimons valables nous joue parfois des tours.

Nous prêtons attention trop souvent aux nombreuses voix qui cherchent à nous détourner loin de la volonté de Dieu, voix de la peur et du doute, voix de la tentation ou du pessimisme, voix de la convoitise et de l’orgueil, voix des critiques et celle de Satan…

Depuis la chute en Eden, nous ne pouvons nous empêcher de vouloir prendre nos propres décisions sans consulter notre Créateur, qui pourtant connaît mieux que nous-mêmes ce que notre coeur contient !

Nous imaginons qu’en tant qu’individus nous sommes mieux placés que quiconque pour gérer notre propre vie.

N’avons-nous pas beaucoup à apprendre des oiseaux ? Mieux que notre conscience, que nous pouvons étouffer ou réduire au silence, le Père nous a laissé Sa parole pour nous guider dans la bonne direction.

A Jacob en fuite loin de son frère, Dieu déclare : “ Je te garderai partout où tu iras et Je te ramènerai dans ce territoire ; car Je ne t’abandonnerai pas, avant d’avoir accompli ce que Je t’ai dit” (Gn 28. 15).

Wayne Stiles conclut : “Au cours de votre voyage annuel en compagnie de Dieu, veillez à ce que sa Parole soit votre guide.” C’est ce que les oiseaux nous diraient aussi s’ils pouvaient répondre à nos questions !

Conduits par Dieu (1).

“Même une cigogne dans le ciel connaît le moment où elle doit partir… tous ces oiseaux savent quand ils doivent revenir…” Jr 8. 7

Chaque année, quand arrive l’hiver, des milliers d’oiseaux se rassemblent pour entamer leur migration vers d’autres cieux plus cléments. Leur instinct les pousse à refaire le même voyage que les générations précédentes.

Pourquoi ?

Parce que le Père les a créés ainsi : cela faisait partie de Ses plans. Il en est de même pour chacun d’entre nous : Dieu nous a créés pour que nous suivions le chemin qu’Il a tracé.

Mais contrairement aux oiseaux, le vent glacial qui parfois balaye notre vie ne nous pousse pas dans la bonne direction !

Dans les circonstances difficiles, n’avons-nous pas tendance à nous éloigner des desseins divins, tandis que les oiseaux migrateurs savent instinctivement quelle est la bonne voie et aussi le bon moment pour partir ou revenir.

Dieu questionne Job : “Est-ce par ton intelligence que l’épervier prend son vol et qu’il étend ses ailes vers le sud ?” (Jb 39. 26), pour lui faire comprendre qu’Il prend soin des oiseaux et qu’Il est l’instigateur de leur instinct.

En suivant le chemin des migrations, les oiseaux accomplissent le dessein divin et y trouvent leur passion, leur raison de vivre et connaissent la paix.

Remarquez aussi que les oiseaux ne voyagent jamais seuls. Ils sentent qu’ils doivent se rassembler avant d’entamer leur long voyage.

Il en va de même pour nous : rechercher la présence et le soutien de nos frères et soeurs dans la foi est essentiel pour notre survie !

Jésus a développé le concept de l’Eglise précisément dans le but de nous unir afin de traverser les épreuves de la vie sans sombrer.

C’est l’animal isolé et vulnérable que convoite le lion, tout comme le diable, ce “lion dévorant”.

Jérémie fit le triste constat que les cigognes, tourterelles, hirondelles et autres oiseaux migrateurs savaient dans quelle direction se diriger, tandis que le peuple de Juda se détournait du chemin divin. Quel exemple voulez-vous suivre ?