Articles

“Tiens-toi à distance de l’homme insensé,car tu n’apprendrais rien de ce qu’il dit.” Pr 14. 7

Le meilleur moyen de bien choisir ses amis, c’est d’abord d’éliminer de ses fréquentations les insensés, les gens dénués de sagesse, ceux qui nous entraîneront dans de mauvais chemins, car ils ne connaissent pas la vérité.

Merritt suggère quelques questions à se poser afin de déterminer ceux que l’on peut accepter dans son cercle d’amitié:

1- Cette personne connaît-elle Christ comme son Sauveur et Seigneur (Pr 1. 7) ? Certes nous pouvons fréquenter des gens qui n’ont pas accepté Christ comme leur Sauveur, mais cela nous encourage à tout faire pour leur témoigner de notre foi, tout en sachant que nous ne pouvons pas leur accorder notre entière confiance.

Ce critère exclut aussi toute relation amoureuse, car les Ecritures sont claires à ce sujet (2 Co 6. 14-17).

2- Cette personne m’aidera-t-elle à me rapprocher du Père ou le contraire (Pr 4. 14-17) ?

3- Cette personne est-elle engagée dans une communauté? (He 10. 24-25) ?

4- Quel genre d’amis cette personne fréquente-t-elle (Pr 13. 20) ?

5- A-t-elle essayé de m’entraîner dans des chemins douteux ?(Pr 1. 10-16).

6- Fait-elle preuve de respect envers sa propre famille (Pr 15.5) ?

7- Sait-elle contrôler sa langue ou profère-t-elle des injures ou des blagues douteuses sur les autres (Pr 15. 28) ?

8- S’emporte-t-elle facilement, ou sait-elle se contrôler (Pr 29. 22) ? Son attitude est-elle généralement positive ou négative (Pr 22. 11).

9- Est-elle intègre et fait-elle preuve de loyauté envers ses amis (Pr 18. 24) ? Le mot de la fin ?

Laissez les insensés profiter de la compagnie des insensés et ne vous joignez pas à eux !

“Les justes choisissent leurs amis avec soin…”Pr 12. 26

CH. Spurgeon a dit : “On juge un homme autant par la compagnie de ses amis, que par les fréquentations qu’il refuse.”

Et Benjamin Franklin a affirmé : “Fréquentez les gens de qualité si vous tenez à avoir une bonne réputation, car il vaut mieux être seul que mal accompagné !”

Quant à Salomon, il a averti ses lecteurs de la nécessité de choisir avec soin ses amis. Les bons vous guideront sur le bon chemin, les mauvais vous égareront.

Si seulement son fils Roboam avait retenu la leçon (1 R 12. 6-12) !

Le mot “choisir” signifie précisément ici : explorer un pays, une région. Le “juste” doit analyser, explorer l’attitude, le caractère de ceux qu’il veut fréquenter pour ne pas regretter plus tard les amitiés qu’il s’est forgées.

J. Merritt donne comme conseil à ses enfants :

“Soyez agréables et amicaux avec tout le monde, mais ne sélectionnez pas tout le monde comme amis !”

L’enfer contient beaucoup de gens qui ont fait de mauvais choix quant à leurs amitiés et nos prisons regorgent de détenus qui ont entretenu trop de mauvaises fréquentations quand ils étaient adolescents.

Merritt raconte l’histoire de ce fermier qui décida un jour de tirer avec son fusil sur un groupe de corbeaux qui ne cessaient d’envahir son champ de blé.

Or les enfants de ce fermier possédaient un perroquet habitué à fréquenter tout le monde et à se lier d’amité avec d’autres oiseaux.

Celui-ci s’était associé au groupe de corbeaux et quand le fermier tira dans le tas, c’est le perroquet qui écopa du plomb. Malgré une aile cassée et un bec endommagé, il était toujours en vie, sur le sol, quand le fermier arriva, entouré de ses enfants.

Ceux-ci s’écrièrent : “Papa, que s’est-il passé ?” Le perroquet, sans lui laisser le temps de répondre, répliqua : “C’est ce qui risque de vous arriver si vous avez de mauvaises fréquentations !”

La méditation pour nous aujourd’hui ? Ne nous lions pas d’amitié avec n’importe qui ! Choisissons nos amis avec soin !