Articles

“Comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés…” Col 3. 12

Lorsque Paul écrit aux chrétiens de Colosses, il les désigne d’emblée comme étant des saints: “Paul, apôtre de Jésus-Christ aux frères qui, à Colosses, sont saints et dignes de confiance dans le Christ” (1. 1).

Voilà une belle façon de parler des chrétiens ! Plus loin dans sa lettre, Paul signale que le mystère, à savoir “Christ en vous” a été révélé à Ses saints (1. 26). Puis il termine avec une belle exhortation : “Vous qui êtes choisis par Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous de tendresse et de miséricorde” (3. 12).

Dans le langage biblique, est saint tout objet, tout lieu et toute personne mis à part pour le service de Dieu. À l’origine du mot se trouve l’idée d’une séparation entre le péché malsain (mal-saint) et la sainteté de Dieu. Mais plus que cela, ce qui est séparé du monde est consacré à Dieu.

Un saint n’est donc pas une personne auréolée dans le vitrail d’une église ; ce n’est pas davantage un grand homme comme l’abbé Pierre, Martin Luther King ou Gandhi.

Un saint, c’est simplement un chrétien de Colosses et d’ailleurs, un humble anonyme fidèle à qui Paul peut écrire : “Faites mourir ce qui est terrestre en vous : l’impureté, l’inconduite sexuelle, les passions, la colère, l’avidité…” (3. 5). Ces saints ne semblent pas au top de la sainteté, mais ils sont pourtant “en Christ”.

Le saint est déjà séparé des ténèbres et il vise la lumière ; il est en chemin. Il serait faux d’attendre une stature parfaite et d’être perçu comme un exemple admirable pour accepter d’être enfin vu par Dieu comme saint.

Nous le sommes déjà, malgré toutes nos imperfections, et nous pouvons rectifier ces imperfections parce que, justement, nous sommes déjà séparés du mal. Le chemin de la sanctification est graduel, progressif et jamais terminé. Mais il est de plus en plus éclairé par l’amour et la bienveillance du Père.

Cette marche permanente n’est pas un exercice au-delà de nos capacités, sinon Jésus ne nous demanderait pas “Soyez saints comme votre Père céleste est saint !” (Mt 5. 48).

Ce message n’est pas nouveau. Dieu avait déjà dit à Moïse: “Parle au peuple et dis-lui : vous serez saints car Moi le Seigneur votre Dieu, Je suis saint” (Lv 19. 1).