Articles

“Heureux ceux qui ont le cœur pur,car ils verrontDieu !” Mt 5. 8

Nos attitudes expriment les priorités de notre être intérieur. La Bible explique : “Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur” (Lc 12. 34). Si jouir de la présence de Dieu, voir Sa face, n’est permis qu’à celui qui a un cœur pur, comment garantir que le nôtre le sera ?

1- Il faut d’abord le vouloir et oser demander à Dieu Son aide ! David s’est écrié : “O Dieu, crée en moi un cœur pur ; renouvelle… mon esprit” (Ps 51. 12).

Tant que David a ignoré son péché, il n’a pas éprouvé le désir de bénéficier de la présence de Dieu et de la joie qui l’accompagnait.

Son cri vers Lui n’a jailli du fond de son cœur qu’au moment où ses yeux se sont dessillés et où il a éprouvé du dégoût pour son péché. Rien n’a changé depuis : haïr notre péché est nécessaire avant de demander à Dieu de purifier notre cœur.

*2- Comme l’or est purifié peu à peu,notre cœur a besoind’être transformé par palier. Nous devons apprendre à clarifier notre vie, mettant en priorité les choses qui comptent vraiment, celles qui ont trait au Royaume de Dieu, nous détachant des soucis du monde, rejetant peu à peu ce qui n’est qu’apparence, hypocrisie et mensonge.

Examinons notre conduite quotidienne : quand les gens nous criti- quent, comment réagissons-nous ? En défendant notre position ou en les ignorant ? Prions-nous pour eux ?

Face à la médisance, que faisons-nous ? Colportons-nous les ragots ou au contraire préférons-nous les enterrer et dire du bien des autres ?

Un cœur pur “voit” les autres comme le Père les voit. Il discerne quel genre de regard Celui-ci pose sur les humains, avec quel amour et compassion Il cherche à s’approcher d’eux.

Le cœur pur non seulement voit la face de Dieu mais voit les autres comme le Père les voit ! Réfléchissez à ce que cela implique.

“Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.” Mt 5. 4

Dans les Evangiles, Jésus nous apparaît souvent comme Celui qui est venu guérir les malades, rendre la vue aux aveugles, chasser les démons des possédés, remettre sur pieds les paralysés et les estropiés, consoler les endeuillés, comme Marthe et Marie, et apporter “une huile de joie pour remplacer le deuil” (Es 61. 3).

Sans pleurs, il n’y a pas de consolation. Si vous traversez des moments difficiles, n’endurcissez pas votre coeur, osez pleurer devant Jésus et Lui dévoiler vos peines et vos angoisses.

L’un des versets les plus extraordinaires de la Bible est “Jésus pleura” (Jn 11. 35).

Si vous rencontrez quelqu’un qui souffre, lui décrire la beauté de la nature ne lui apportera guère de consolation !

Jésus savait comment toucher le coeur de celui qui souffrait. Pleurer avec lui, ou juste lui tenir la main et rester silencieux à ses côtés le consolera davantage que tous les beaux discours.

Ezéchiel a écrit : “J’arrivai… chez les exilés qui habitaient près du Kebar… et je restai là sept jours, bouleversé [par leurs souffrances] au milieu d’eux” (Ez 3. 15).

Une fois que vous aurez été consolé par Jésus, vous saurez comment consoler les autres qui passent par les mêmes difficultés que vous.

Comment recevoir la consolation divine ?

1- tout d’abord en ouvrant votre coeur à Jésus, en Lui dévoilant vos sentiments et vos peines : “Mon refuge, est en Dieu. Confiez-vous en lui en tout temps, peuple, épanchez vos coeurs en Sa présence !

Dieu est notre refuge” (Ps 62. 8-9).

2- en soumettant ensuite votre volonté à la sienne. Joseph a surmonté les difficultés et injustices dont il souffrait, a accepté de faire confiance à Dieu bien avant de comprendre le but recherché par Dieu.

Soyez-en sûr “Sa bonté dure toute la vie ; les pleurs dureront peut-être toute la nuit, mais au matin la joie arrivera” (Ps 30. 6). Alors consolé, vous pourrez consoler les autres avec les mêmes promesses (lisez 2 C. 1. 3-4).

“Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !”
Mt 5. 3

Quand Dieu créa le monde, Il déclara “que c’était très bon” (Gn 1. 31). Puis le péché a tout bouleversé. Sautons les siècles jusqu’à l’arrivée de Jésus. Quand il se met à parler aux foules assemblées sur une colline, Il leur dévoile une manière de vivre qui est bonne et faite de “belles attitudes”.

Il leur promet le bonheur s’ils vivent selon ces principes. Luc parlait de la “voie du Seigneur” pour définir la marche du vrai disciple (Ac 9. 2) , tout comme Jésus avait déclaré être “le chemin, la vérité et la vie” (Jn 14. 6).

Quelles sont donc ces attitudes que nous devons adopter en tant que chrétiens si nous voulons être bénis par Dieu ?

Jésus affirme que la première est la pauvreté en esprit, autrement dit l’humilité. C’est reconnaître que nous sommes incapables de nous sauver nous-mêmes et que nous devons plier notre volonté devant celle de Dieu.

C’est accepter l’autorité absolue de Christ dans nos vies.

Comme souvent dans l’enseignement de Jésus nous trouvons un paradoxe : afin de devenir riches en bénédictions, nous devons nous appauvrir au point de ne plus vivre pour nous-mêmes mais pour Christ.

Plus nous nous abaissons, plus Dieu peut nous élever. Nous ne pouvons pas servir deux maîtres, Dieu et l’argent. Choisir Dieu c’est mettre toute notre confiance en Lui, croire qu’Il est capable et désireux de nous protéger, de nous soutenir dans la souffrance, de nous fournir tout ce dont nous avons besoin.

Etre pauvre en esprit c’est accepter que nous devons changer notre manière de vivre, c’est remettre en question nos habitudes et nos attitudes devant les autres, c’est avoir besoin de nos frères et de nos soeurs pour changer un peu notre monde, c’est savoir que nous ne changerons pas par nous-mêmes mais par la puissance divine seulement, c’est chercher le Royaume de Dieu avant tout (Mat 6. 33).

C’est concentrer nos regards sur ce qui compte vraiment et qui survivra jusque dans l’éternité, au lieu de nous attarder sur les choses éphémères. Ainsi accumulerons-nous un trésor dans le Ciel !