Jean 8. 34, 36 : VIVRE LIBRE

THEME : VIVRE LIBRE

Jean 8. 34, 36

« Quiconque pratique le péché est esclave du péché… Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. »

 

COMMENTAIRE

Le péché constitue le pire des esclavages pour l’homme, mais souvent celui-ci ne s’en rend pas compte. Malheureusement, aucun tribunal humain ne peut abolir le péché et libérer l’homme de sa servitude. Seul Jésus Christ a reçu de Dieu le pouvoir de nous libérer de son emprise.

Un Juif sincère, mais enchaîné dans le légalisme de son époque, a posé un jour cette question à Jésus : « Que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? » (Marc 10.17). Cet homme « extrêmement  riche » était une personne qui comptait parmi les chefs du peuple. Il avait mis en pratique la Loi de Dieu dès sa jeunesse. Jésus le savait et lui rappelle cinq des commandements qu’il avait respectés, tous concernant la relation de l’homme avec son prochain. On peut imaginer cet homme heureux de constater la série impressionnante de points positifs qu’il avait accumulés !

 

Jésus ne conteste pas sa réponse et même, l’ayant regardé, « il l’aima » (Marc 10.21). Mais ce jeune homme, apparemment sincère, n’avait pas la conscience complétement libre. Il avait besoin que Jésus pointe le doigt sur son problème. Par une parole, Jésus lui révèle l’état de son esprit et de son cœur : « une chose te manque : va vends tout ce que tu as, donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; et viens, suis-moi. Et lui, consterné par cette parole, s’en alla tout triste, car il possédait de grands biens » (Marc 10. 21,22). Il est triste, mais il s’éloigne de Jésus, la seule source de la vie éternelle qu’il recherchait.

Respectueux de la Loi, il ne pensait qu’en termes de bonnes œuvres pour etre agréé par Dieu et hériter de la vie éternelle. Mais ses efforts ne l’avaient pas libéré de la convoitise. Il était esclave de ce qui était devenu son maître, la richesse.

Bien sûr, ce n’est qu’un exemple d’esclavage, il n’y pas que l’argent qui peut asservir l’homme ! La Bible mentionne beaucoup d’autres esclavages qui empêchent de suivre Jésus ; mais la bonne nouvelle, c’est qu’on peut être libéré. Jésus Christ a subi le châtiment à la place de chaque personne qui reconnait son péché et met sa foi en lui comme Seigneur et Sauveur. Celui qui accepte le pardon de Dieu est déclaré libre, affranchi par Christ qui l’a racheté.

 

Vivre dans cette position où le péché ne domine plus sur nous (Rom.6.14) est le privilège de toute une vie. Ne soyons donc pas retenus sous un joug de servitude, car « Christ nous a placés dans la liberté en nous affranchissant » (Gal. 5. 1)

 

BONNE MEDITATION

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *